19.2 C
Paris
lundi, octobre 2, 2023

Blocage de cinq sites pornographiques : La justice rend son verdict

Date:

Une décision importante attendue ce vendredi

Une décision du Tribunal de Paris doit être rendue ce vendredi concernant la possibilité de bloquer les contenus pornographiques accessibles aux mineurs. L’Arcom, le gendarme français de l’audiovisuel et du numérique, a demandé le blocage de cinq sites pornographiques en France : Pornhub, xHamster, YouPorn, Xvideos et Xnxx. Cette décision pourrait avoir un impact majeur dans la lutte contre l’exposition des enfants au porno et stopper l’expansion de la « génération YouPorn ».

Des rebondissements tout au long de la procédure

Les sites pornographiques contestent ce blocage en arguant que la loi manque de précision quant aux modalités de vérification de l’âge et que l’Arcom n’a pas correctement notifié ses intentions aux autorités européennes. Depuis trois ans, cette bataille judiciaire est semée d’embûches, avec notamment un décret d’application publié tardivement, des tergiversations de la Cnil sur les outils de vérification respectueux de la vie privée et des erreurs de procédure.

Une bataille qui se poursuit au Sénat

En parallèle de cette décision de justice, le Sénat examine un projet de loi visant à « sécuriser » internet. Ce projet de loi propose de renforcer les pouvoirs de l’Arcom, lui permettant d’ordonner le blocage des sites sans passer par un juge. Il prévoit également l’établissement d’un référentiel pour les systèmes de vérification de l’âge, afin de garantir leur efficacité tout en respectant la vie privée. La protection de l’enfance est mise en avant comme priorité dans cette lutte contre l’exposition des mineurs aux contenus pornographiques.

L’exposition des mineurs augmente

Les alertes concernant l’exposition des mineurs à des contenus pornographiques de plus en plus violents se multiplient. Selon une étude réalisée par Médiamétrie pour l’Arcom, 2,3 millions de mineurs fréquentent des sites pornographiques chaque mois, dont 30% au moins. Même les élèves du primaire ne sont pas épargnés, avec 21% des garçons de 10-11 ans concernés. Cette « porno-pandémie » a également un impact sur l’image de soi des jeunes, avec des complexes liés à la taille du pénis chez les garçons et à la taille des seins ou à la forme de la vulve chez les filles. De plus, de nouvelles pratiques émergent, avec des enfants devenant acteurs de l’industrie pornographique en vendant leurs photos et vidéos en ligne.

En conclusion, la décision du Tribunal de Paris aura un impact majeur dans la lutte contre l’exposition des mineurs aux contenus pornographiques. Cependant, la bataille ne s’arrête pas là, avec un projet de loi visant à renforcer les pouvoirs de l’Arcom en cours d’examen au Sénat. Il est crucial de protéger l’enfance et de trouver un équilibre entre l’efficacité des mesures de blocage et le respect de la vie privée.

Sur le meme sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici