AccueilAnimauxComment élever un poisson-clown en aquarium ? Nos conseils indispensables !

Comment élever un poisson-clown en aquarium ? Nos conseils indispensables !

Crédit : Le Mag des Animaux

Le poisson-clown, célèbre grâce au film Nemo, est un favori parmi les aquariophiles. Originaire de l’eau de mer, ce poisson nécessite des précautions spécifiques pour assurer son bien-être en captivité.

Profil du poisson-clown

Le poisson-clown est un groupe de poissons marins de la famille des pomacentridés et de la sous-famille des amphiprions. Ils sont principalement trouvés dans le grand océan Indo-Pacifique (Indonésie, Australie) et la Mer Rouge. Ces poissons vivent exclusivement dans les eaux chaudes tropicales, les lagons et les mers peu profondes où ils se réfugient dans les récifs coralliens. Aucune espèce de poisson-clown ne vit dans l’océan Atlantique. Leur corps est généralement de couleurs vives (jaune, orange ou rouge) avec une à trois bandes blanches qui réfléchissent la lumière. Leur espérance de vie en milieu naturel est d’environ 6 ans et plus de 10 ans en captivité. L’achat d’un poisson-clown est donc un engagement sur le long terme.

- Advertisement -

29 espèces de poissons-clowns

Deux espèces sont adaptées à la vie en aquarium en raison de leur taille : le poisson-clown à trois bandes (Amphiprion ocellaris), facilement reconnaissable par sa couleur orangée très lumineuse et ses trois bandes blanches verticales, et le poisson-clown du Pacifique (Amphiprion percula), qui se distingue par les fines bandes noires qui bordent les trois bandes blanches de son corps. Parmi les 29 espèces recensées, on peut également citer le poisson clown de feu (Amphiprion melanopus), dominé par la couleur orange et une bande blanche verticale bordée de noir derrière l’œil. Les amphiprions mesurent entre 7 et 15 centimètres de long.

Cohabitation recommandée pour le poisson-clown

Le poisson-clown, de nature amicale, préfère vivre en couple dans un espace défini et limité ou en groupe dans un grand aquarium. S’il se sent à l’étroit, il pourrait attaquer ses congénères. Il est important de noter que les amphiprions ont un comportement territorial qui peut être incompatible avec la présence d’autres espèces de poissons, envers lesquels ils peuvent se montrer agressifs. Les poissons-clowns vivent en banc, dirigé par le sujet le plus âgé (souvent une femelle), suivi par le deuxième poisson-clown le plus âgé qui est le mâle reproducteur.

Voir aussi  Qui voudrait héberger le Ténia, ce ver solitaire redouté ?

Interdépendance avec l’anémone de mer

Toutes les espèces de poissons-clowns vivent en symbiose avec une actinie (anémone) de mer. Ressemblant à des plantes aquatiques, les anémones sont en réalité un ordre d’animaux marins, vivant fixés sur les rochers. La relation symbiotique repose sur un échange mutuel :

  • L’anémone de mer protège le poisson clown des prédateurs grâce à ses tentacules venimeux. Elle lui fournit ses restes de nourriture et de tentacules morts. De plus, elle lui offre un abri sûr.
  • Le poisson-clown défend l’anémone de ses prédateurs et des parasites. Il la garde propre en mangeant ses tentacules morts et les algues qui s’y déposent. Les déjections et les débris alimentaires du poisson facilitent la croissance et la régénération de l’anémone à travers un processus de photosynthèse. Enfin, le poisson aide l’anémone à se nourrir en attirant ses proies vers elle.

Cette relation d’interdépendance nécessite la présence d’une anémone compatible avec l’amphiprion, parmi lesquelles on peut citer :

  • L’anémone magnifique (Heteractis magnifica) ;
  • L’anémone géante (Stichodactyla gigantea) ;
  • L’anémone de Mertens (Stichodactyla mertensii) ;
  • L’anémone à bouts renflés (Entacmaea quadricolor).

Précautions avant l’introduction d’une anémone de mer

D’autres anémones de mer peuvent s’associer avec des amphiprions, comme l’anémone adhésive, l’anémone collier de perles, l’anémone-cuir, l’anémone délicate, l’anémone tire-bouchon, l’anémone carpette, l’anémone de Haddon. Cependant, certaines espèces de poissons-clowns ne cohabitent qu’avec des variétés spécifiques d’anémones de mer. Il est donc important de se renseigner auprès du vendeur avant de les introduire dans l’aquarium. Une autre précaution importante à prendre est de toujours installer l’anémone de mer au moins une à deux semaines avant l’arrivée des poissons-clowns. Si l’anémone est placée en même temps qu’eux ou après, les amphiprions peuvent la harceler au point de l’empêcher de trouver le bon emplacement et d’en mourir.

Voir aussi  Quelles sont les 11 plantes indispensables pour votre tortue terrestre ?

L’aquarium idéal pour le poisson-clown

L’aquarium du poisson-clown doit impérativement contenir de l’eau de mer, ce qui signifie que l’eau doit être salée et nettoyée à l’aide d’un osmoseur. Les paramètres importants à prendre en compte sont :

  • Volume minimum : 200 litres pour un couple ;
  • Température comprise entre 25 et 30° ;
  • pH entre 8 et 8,5 (ni trop acide, ni trop basique) ;
  • Salinité: environ 1024-1016 densimètres ;
  • Magnésium: environ 1200 mg/l ;
  • Dureté: entre 0 et 32 °fH (titre hydrotimétrique) ;
  • Absence de nitrites et de cuivre ;
  • Le sable corallien constitue un bon substrat.

Alimentation du poisson-clown

Dans leur habitat naturel, ces poissons omnivores consomment aussi bien des matières végétales (algues, copépodes) qu’animales (crevettes, plancton). En aquarium, il faudra respecter cette répartition et distribuer des repas variés et riches en vitamines. Un régime alimentaire équilibré comprend un mélange de produits congelés ou vivants (artémias, mysis, petits krills, daphnies tubifex, cyclops). Vous pouvez aussi compléter leur menu avec des flocons et des granulés. Il est conseillé d’alimenter les amphiprions au minimum deux fois par jour et trois fois en cas de reproduction.

Recommandations avant d’élever des poissons-clowns

La nécessité de faire évoluer le poisson-clown dans l’eau de mer, n’est pas forcément adaptée aux débutants en raison du coût que représente ce type d’installation et des connaissances nécessaires à son bon fonctionnement. De plus, la cohabitation indispensable avec une anémone de mer, espèce fragile et exigeante, est davantage recommandée aux aquariophiles expérimentés.

Les plus lus