18.3 C
Paris
dimanche, octobre 1, 2023

Gabon : L’héritage douteux d’Omar Bongo et son fils Ali

Date:

Gabon : d’Omar Bongo à son fils Ali, l’affaire des biens mal acquis

Un coup d’État est en cours au Gabon, mercredi, et le président Ali Bongo a été placé en « résidence surveillée ». La famille Bongo a notamment fait parler d’elle dans l’affaire des biens mal acquis.

Les biens mal acquis au Gabon et en Afrique

Les biens mal acquis sont des biens qui ont été obtenus illégalement par des personnalités politiques étrangères ou par leurs proches, grâce à des procédés de détournement de fonds publics ou de corruption. En 2007, des plaintes visant des chefs d’État africains accusés d’avoir acquis un patrimoine considérable en France avec de l’argent public détourné de leurs pays sont déposées devant la justice française. Une nouvelle plainte vise Omar Bongo, Denis Sassou Nguesso et Teodoro Obiang. La Cour de cassation estime en 2010 que la justice peut enquêter sur ces affaires. D’autres enquêtes ont depuis été lancées visant plusieurs personnalités politiques africaines.

La fortune des Bongo et leur patrimoine en France

La justice française s’intéresse particulièrement aux biens mal acquis par les familles de trois présidents africains : les Sassou Nguesso, les Obiang et les Bongo. La famille Bongo, dont la fortune est estimée à 85 millions d’euros en France, a notamment acquis de nombreux biens immobiliers en région parisienne et sur la côte d’Azur. Une enquête est en cours depuis 2007 sur ce patrimoine secret. Selon un arrêt de la Cour d’appel de Paris de février 2022, ce patrimoine aurait été acquis de manière frauduleuse grâce à des détournements de fonds publics et des sommes provenant de la corruption des sociétés pétrolières.

Une enquête en cours malgré la mort d’Omar Bongo

L’affaire des biens mal acquis remonte à 1967, lorsque Omar Bongo devient président du Gabon. Les ennuis judiciaires commencent en 2007 avec une plainte déposée contre lui pour blanchiment et recel de détournement de fonds publics. Omar Bongo décède en 2009, mais l’enquête se poursuit. Plusieurs membres de la famille Bongo ont été mis en examen pour recel de détournement de fonds publics, corruption, blanchiment et abus de biens sociaux. Ils contestent avoir eu connaissance du caractère frauduleux de leur fortune.

Sur le meme sujet

Surveillance renforcée des banques de la zone euro par la BCE

Économie : vigilance renforcée sur les banques de la...

Canada : Efforts militaires pour évacuer le Grand Nord en proie aux flammes

Une partie du Grand Nord canadien évacuée face aux...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici