AccueilAnimauxComment la chasse à la marmotte est-elle autorisée malgré sa protection ?

Comment la chasse à la marmotte est-elle autorisée malgré sa protection ?

Crédit : Le Mag des Animaux

La chasse à la marmotte, bien que surprenante pour certains, est une pratique qui s’inscrit dans les traditions de certaines régions de France. Cet animal, aujourd’hui utilisé pour stimuler le tourisme, est pourtant chassé dans certaines régions. Nous allons explorer ce sujet en détail pour comprendre pourquoi la chasse à la marmotte est toujours autorisée en France.

Où peut-on trouver des marmottes en France ?

Les Alpes sont sans doute la région la plus associée à la marmotte en France, notamment en raison de son utilisation dans le tourisme. C’est tout à fait justifié puisque la marmotte est originaire des Alpes. Elle vit dans des environnements ouverts, entre 800 et 3 000 mètres d’altitude, préférant les terrains meubles pour creuser son terrier, à proximité d’un pâturage bien fourni et ensoleillé, avec une vue dégagée pour surveiller l’arrivée de prédateurs.

- Advertisement -

Dans les Pyrénées, la marmotte a été réintroduite avec succès en 1948, dans le Parc national de la vallée de Luz (Hautes-Pyrénées). Depuis, elle a été introduite dans d’autres régions des Pyrénées et est maintenant présente dans toutes les vallées de cette chaîne de montagnes. Sa présence semble avoir un impact positif sur les populations d’aigle royal et sur la reproduction du gypaète barbu.

Dans le Massif Central, la marmotte a également été introduite par des chasseurs souhaitant diversifier le gibier. Son introduction dans le massif du Mézenc date des années 80. L’attrait touristique de l’animal a également motivé cette introduction.

Pourquoi chassait-on traditionnellement la marmotte ?

La marmotte, l’un des plus gros rongeurs de France, a longtemps été chassée pour sa fourrure et sa viande, particulièrement dans les régions montagneuses des Alpes. Sa fourrure, très isolante, était très appréciée dans les régions rurales froides. Sa viande, source importante de protéines, était également consommée. De plus, la fourrure et la viande de marmotte pouvaient être vendues, contribuant ainsi à l’économie locale des communautés de montagne. La graisse de marmotte était également utilisée dans la préparation de remèdes traditionnels pour soigner divers maux, tels que les douleurs musculaires ou les rhumatismes.

Voir aussi  Comment votre cheval vous identifie-t-il ? Découvrez les secrets de leur incroyable sens !

Quelles sont les mesures de protection de la marmotte ?

La marmotte bénéficie d’une protection internationale grâce à la Convention de Berne sur la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe, dont la France est signataire. Cependant, contrairement à l’Italie qui a interdit la chasse à la marmotte en 1992, la France n’a pas classé la marmotte parmi les espèces strictement protégées. Ainsi, la chasse à la marmotte est autorisée dans certains départements français à partir de la mi-septembre, pour une durée d’un peu plus d’un mois dans certains départements, ou jusqu’au début novembre dans d’autres.

Pourquoi chasse-t-on encore la marmotte aujourd’hui ?

Les chasseurs qui ciblent la marmotte sont souvent amateurs de sa chair. On trouve sur Internet des sites proposant des recettes pour la cuisiner, comme le civet de marmotte aux girolles. Cependant, la consommation de viande de marmotte reste anecdotique, car d’autres sources de protéines animales sont largement accessibles. Parfois, la marmotte peut causer des problèmes aux éleveurs en creusant des terriers dans les pâturages.

Cependant, la marmotte reste une espèce peu chassée. Selon les données fournies par les chasseurs eux-mêmes, un peu plus de 1000 marmottes seraient tuées chaque année de cette manière. 427 marmottes auraient été abattues lors de la saison 2021-2022 dans le département de la Savoie, selon la fédération des chasseurs du département.

La marmotte est-elle une espèce menacée ?

Les défenseurs de la nature estiment que l’espèce est fortement menacée par le changement climatique. Selon eux, la réduction des chutes de neige, qui assurent l’isolation des marmottes pendant l’hibernation, est en cause. Les femelles dépensent plus d’énergie pour maintenir leur température corporelle pendant les périodes les plus froides, ce qui réduit leur poids à la sortie de l’hibernation et diminue la taille de leurs portées. Les spécialistes anticipent donc une diminution des populations de marmottes alpines à terme. Cependant, pour le moment, la situation de l’espèce est stable. Seul l’avenir nous dira si les populations de marmottes diminuent dangereusement ou si l’espèce parvient à s’adapter à la situation.

Voir aussi  Hypercarnivores : Qui sont ces animaux ultra-prédateurs ?

Les plus lus