AccueilAnimauxComment les animaux changent-ils de couleur avec les saisons ? Découvrez le...

Comment les animaux changent-ils de couleur avec les saisons ? Découvrez le mystère de l’homochromie saisonnière !

Comprendre l’homochromie saisonnière chez les animaux

Crédit : Le Mag des Animaux

L’homochromie saisonnière est un phénomène fascinant qui permet à certains animaux de changer la couleur de leur pelage ou de leur plumage en fonction de la saison. C’est une forme d’adaptation qui sert principalement à se camoufler dans leur environnement pour échapper à leurs prédateurs ou surprendre leurs proies.

Le rôle de l’homochromie saisonnière

L’homochromie, du préfixe homo- signifiant le même, semblable, et du préfixe -chromos qui désigne la couleur, est un système de camouflage qui permet à un animal de prendre les couleurs de son environnement proche. Ce phénomène est particulièrement utile pour se dissimuler aux yeux de ses prédateurs ou de ses proies, offrant ainsi un avantage pour l’attaque ou la fuite. Il est à noter que toutes les espèces d’animaux vivant dans des environnements à l’apparence variable n’ont pas adopté cette stratégie. Certaines ont opté pour la migration ou le changement de comportement, comme l’hibernation.

- Advertisement -

Les régions où l’homochromie saisonnière est observée

L’homochromie saisonnière est généralement observée chez des animaux évoluant dans des environnements où les changements saisonniers sont contrastés. C’est le cas notamment des régions arctiques et subarctiques, ainsi que des régions de montagne où la neige modifie considérablement l’aspect du paysage. Le lièvre arctique et le renard arctique sont des exemples classiques d’animaux qui changent de couleur pour s’adapter à ces variations saisonnières.

Le moment du changement de couleur

Le moment du changement de couleur varie en fonction de l’environnement de l’animal : altitude, climat, température ou encore habitat. Par exemple, le lièvre variable des Alpes change sa fourrure blanche d’hiver pour une robe grise d’été. Ce phénomène commence généralement tôt dans les massifs sub-alpins, souvent dès le mois de mars, tandis que dans les secteurs plus élevés et plus froids, la couleur foncée n’apparaît souvent qu’en mai. La température joue également un rôle dans le déclenchement de la mue. Un printemps chaud précipite le changement de pelage et l’accélère tandis qu’un hiver tardif et prolongé le retarde et le fait s’échelonner sur de longs mois.

Voir aussi  Comment optimiser le changement d'eau de votre aquarium ? Découvrez les astuces !

Le processus de changement de couleur

Le processus de changement de couleur, ou mue, commence par la tête. D’abord le museau prend une teinte beige, puis ce sont les yeux, les joues, la base des oreilles, et le crâne. Environ 15 jours après le début de la mue, le cou change de couleur, suivi de la gorge. Deux semaines plus tard, la mue gagne les épaules et se propage au dos, au poitrail, au thorax et à la zone supérieure des flancs. Un mois et demi après le début de la mue, c’est le reste du corps qui change de couleur. La mue printanière est achevée au bout de trois mois. La mue d’automne est également influencée par l’environnement et est généralement plus brève que celle de la mue printanière.

Les conséquences du dérèglement climatique sur l’homochromie saisonnière

Le dérèglement climatique pose des problèmes pour l’homochromie saisonnière. En effet, certaines régions qui étaient habituellement enneigées ne le sont plus, rendant les animaux plus visibles et donc plus vulnérables à la prédation. Des études réalisées en Norvège démontrent que la mortalité des lièvres est plus élevée dans les zones où la présence de neige est moindre. Cependant, les scientifiques observent que certaines espèces ont déjà modifié leur comportement pour s’adapter à ces changements.

Les plus lus