AccueilAnimauxComprendre le langage des poules : Que nous cachent-elles vraiment ?

Comprendre le langage des poules : Que nous cachent-elles vraiment ?

Crédit : Le Mag des Animaux

L’engouement pour la compréhension des animaux est en constante augmentation. La bienveillance envers les animaux est plus prévalente qu’elle ne l’a jamais été. Le public est de plus en plus sensible aux questions de bien-être animal. Cependant, pour déterminer si un animal est en bonne santé, il est essentiel de comprendre les signaux qu’il émet. C’est particulièrement vrai pour les poules, dont les élevages industriels sont de plus en plus critiqués et les élevages domestiques de plus en plus courants. C’est pourquoi nous allons vous expliquer tout ce que vous devez savoir sur le langage des poules dans cet article.

Comprendre les sons produits par les poules

Les recherches ont montré que les poules sont des oiseaux beaucoup plus intelligents que ce que l’on pensait auparavant. En les observant de plus près, on s’aperçoit qu’elles ont un répertoire sonore complexe. Voici une liste des sons typiques que vous pouvez identifier en les observant attentivement.

- Advertisement -

Deux situations sont particulièrement importantes dans la vie d’une poule : la ponte d’un œuf et la menace d’un danger.

Dans le premier cas, elle va faire du bruit pour annoncer l’événement, pour dire qu’il se produit et pour dire que c’est terminé. On identifie ainsi le claquètement avant, le caquètement pendant et le crétèlement après. Le caquètement est fort, clair et répété plusieurs fois, parce qu’il s’agit d’annoncer fièrement au poulailler ce qu’il s’est passé. Le claquètement est assez similaire au caquètement, mais il est plus court. Le crétèlement, lui, est un son doux et réconfortant. Lorsque les poussins seront nés, la poule émettra un cloquement, son également doux et apaisant, moyen de leur signaler que tout va bien.

En dehors de ce moment, le gloussement est le son typique des poules, celui auquel on pense lorsqu’on imagine une poule en action. On l’appelle aussi cloussement, à cause des variations anciennes de langue selon les régions.

C’est un son d’apaisement et de contentement. Les poules peuvent glousser après avoir mangé, bu ou pris un bain de poussière.

Il est particulièrement doux et ronronnant lorsqu’elle couve. Il peut d’ailleurs être qualifié de “chant de couvaison”.

En cas d’alerte, une poule peut émettre un son assez grave et rauque pour alerter les autres membres de la basse-cour d’un éventuel danger. Le cagnètement, codèquement ou coucassement, interviendra si le danger est confirmé et présent. C’est un cri de détresse strident et aigu. En cas de douleur, le son émis sera semblable.

Voir aussi  Comment administrer facilement un médicament à votre lapin ?

Cela ne doit pas être confondu avec le cocaillement qui est un cri d’excitation ou de joie.

Enfin, le coclorement est le son que les poules émettent lorsqu’elles sont en chaleur ou qu’elles cherchent à attirer l’attention d’un coq.

Interactions possibles avec les poules

Melissa Caughey, une blogueuse et éleveuse de poules du Massachusetts, a écrit un livre de référence sur l’élevage des poules. Elle explique qu’elle étudie de près le comportement de ses poules depuis 2011. Elle est ainsi convaincue que ses poules la saluent à son arrivée au poulailler le matin ou le soir à la fermeture.

Ces observations sont confirmées par l’éthologue australien Chris Evans qui a identifié une trentaine de sons différents. Il a également montré que leur intelligence était plus importante qu’on ne le pensait, parvenant à retenir des consignes complexes et à reconnaître les chiffres, des formes ou des couleurs.

La compréhension plus poussée du langage des poules ouvre de nouvelles perspectives pour l’interaction avec ces animaux. Bien qu’il puisse être difficile d’apprendre aux poules des tours complexes comme on le ferait avec des chiens, il est possible de les entraîner à répondre à des signaux vocaux simples. Par exemple, certaines personnes ont réussi à apprendre à leurs poules à venir quand elles sont appelées par leur nom ou à se rassembler à un endroit spécifique à l’aide d’un signal sonore.

L’expérience montre que les poules peuvent devenir très familières avec leurs propriétaires, à condition qu’elles soient traitées avec douceur et régularité bien entendu. Elles reconnaissent les personnes qui les nourrissent et interagissent avec elles, allant jusqu’à accepter d’être manipulées ou caressées, selon leur caractère.

Communication non-verbale des poules

L’importance du langage chez l’être humain ne devrait pas faire oublier que l’émission de son est loin d’être le seul mode de communication des poules. Le langage corporel est tout aussi riche et constitue un mode de communication en soi et complémentaire. Les poules utilisent divers signaux visuels pour interagir entre elles et exprimer leurs émotions.

Voir aussi  Quels sont les secrets pour dompter votre canari ?

La crête, partie charnue située sur le dessus de la tête de la poule, et les barbillons, excroissances charnues sous le bec, lorsqu’ils sont bien développés, sont des indicateurs de bonne santé.

La posture générale d’une poule peut révéler son état émotionnel. Debout, les plumes lisses et le cou tendu, la poule est bien. À l’inverse, affaissée, avec les plumes hérissées, la poule peut avoir peur.

Les ailes sont très souvent utilisées pour exprimer des émotions. Une poule peut ainsi ébouriffer ses plumes et écarter ses ailes pour paraître plus grande et menaçante en cas de conflit. À l’inverse, elle peut replier ses ailes contre son corps pour montrer de la soumission ou inciter à l’apaisement.

Des yeux largement ouverts sont souvent signe de peur ou, au moins, de vigilance, tandis que des yeux mi-clos peuvent signaler de la détente.

Une queue relevée peut indiquer de la curiosité ou de la confiance, tandis qu’une queue abaissée peut être un signe de soumission ou de stress.

C’est finalement un univers passionnant qui s’ouvre à un éleveur attentif. Chez les animaux, les signaux doivent aussi s’interpréter en fonction du contexte. Il faut considérer le comportement général d’une poule et croiser ses hypothèses avec d’autres signaux pour s’assurer de la validité d’une interprétation.

Une observation attentive de ses poules aide indéniablement à prévenir les problèmes de bien-être, les conflits dans le groupe et à maintenir un environnement sain pour leurs oiseaux.

Que faire pour le bien-être des poules ?

Il est possible que la lecture de cet article vous sensibilise à la vie des poules, notamment lorsqu’elles sont élevées dans un cadre industriel. Les études éthologiques ont soulevé des préoccupations concernant ce type d’élevage.

Les poules de ces élevages sont souvent confinées dans de très petites cages, limitant leurs mouvements et empêchant leurs comportements naturels comme étendre leurs ailes ou gratter le sol. Le surpeuplement entraîne un stress important et favorise l’agressivité entre animaux, comme le phénomène de picage.

Les normes ont évolué et ce que vous pouvez faire de mieux est sans doute de choisir d’acheter les oeufs qui affichent le label Bleu-Blanc-Cœur, attribué à des éleveurs attestant de pratiques vertueuses et adaptées aux attentes d’aujourd’hui.

Les plus lus