AccueilAnimauxLa mouche des semis menace-t-elle vos cultures ?

La mouche des semis menace-t-elle vos cultures ?

Crédit photo : Janet Graham

La mouche des semis est l’un des plus grands fléaux pour les cultivateurs. Non seulement elle se nourrit de matières organiques en décomposition, mais elle attaque également les jeunes pousses et les tendres bourgeons. Haricots, tomates, épinards, asperges ou encore pommes de terre sont parmi les nombreuses victimes de cet insecte ravageur. Cet article vous en dira plus sur la mouche des semis, de ses caractéristiques physiques à son cycle de vie, en passant par les dégâts qu’elle provoque sur les végétaux et les méthodes de lutte.

Qui est la mouche des semis ?

La mouche des semis (Delia platura), également appelée mouche grise des semis, est une espèce d’insecte diptère brachycère. Les brachycères sont des mouches à antennes courtes, comme la mouche domestique ou le taon. Delia platura appartient à la famille des anthomyiidés, qui comprend à ce jour environ 1 800 espèces réparties en 62 genres. Originaire d’Europe, la mouche des semis doit son nom scientifique à la déesse Diane (née à Delos) et au latin platura, qui signifie à queue plate, allusion ici à l’abdomen aplati des mâles.

- Advertisement -

Comment identifier la mouche des semis ?

La mouche des semis change plusieurs fois d’aspect au cours de son existence. Voici quelques traits caractéristiques permettant de la reconnaitre selon les différents stades de sa vie :

Œuf

De couleur blanc nacré, il mesure environ 1 mm de long sur 0,3 mm de large. Il présente une forme allongée, légèrement courbe, avec un côté convexe et l’autre concave ;

Larve

Cet asticot blanc dépourvu de pattes mesure entre 0,7 mm et 7 mm à maturité. Son corps de couleur crème, est élancé à l’avant et plutôt tronqué à l’arrière. Les pièces buccales noires sont visibles au travers de la tête et l’extrémité de l’abdomen porte des tubercules non reliés à leur base ;

Pupe

De forme ovoïde, la chrysalide mesure de 4 à 5 mm de long sur 1,5 mm de large. Elle revêt une enveloppe chitineuse brun rougeâtre qui fonce juste avant l’émergence. Les tubercules postérieurs de la larve sont toujours visibles ;

Adulte

La mouche des semis adulte ressemble à une mouche domestique mais en plus petit (entre 3 et 6 mm). Le thorax est gris pâle, avec 3 bandes longitudinales plus foncées. L’abdomen est clair, les pattes sont noires et les yeux rougeâtres. Son corps revêt des soies noires hérissées. Au repos, les ailes se chevauchent sur la paroi abdominale.

Mouche des semis : quels dégâts cause-t-elle ?

À l’état larvaire, la mouche des semis mange des matières animales et végétales en décomposition. Mais pas seulement. Les jeunes plants constituent un mets de choix pour les vers qui grignotent volontiers les germes, cotylédons et tendres pousses de nombreuses cultures. Résultat, les plantules sont partiellement ou totalement rongées avant leur sortie de terre. On peut y voir des galeries d’environ 1mm de diamètre, infestées par une ou deux larves de diptère. Une fois affaibli, le bourgeon terminal noircit et pourrit. Sur certaines plantes, les turions déformés prennent un goût amer. Les tissus endommagés étant plus sensibles aux maladies fongiques, ils dépérissent généralement au cours de l’automne ou de l’hiver.

Voir aussi  Combien de temps vit un zèbre ?

Quelles sont les plantes à risque ?

La mouche des semis est une espèce très polyphage qui aime les sols humides, riches en matière organiques et fraîchement travaillés, avec une partie végétale laissée en surface. L’insecte est un ravageur important de plusieurs variétés de cultures maraîchères, fruitières, céréalières et florales. La mouche des semis s’attaque ainsi à plus de 40 plantes hôtes telles que :

  • Choux chinois ;
  • Haricots ;
  • Pois ;
  • Melons ;
  • Épinards ;
  • Concombres ;
  • Betteraves ;
  • Pastèques ;
  • Asperges ;
  • Tomates ;
  • Oignons ;
  • Pommes de terre ;
  • Poivrons ;
  • Rutabaga ;
  • Soja ;
  • Maïs ;
  • Fraise ;
  • Luzerne ;
  • Glaïeuls ;
  • Œillet.

Quel est le cycle vital de la mouche des semis ?

Selon les conditions climatiques, entre 3 et 6 générations peuvent se succéder en une année. Le nombre exact est difficile à déterminer car les individus d’une même génération n’émergent pas tous au même moment. On rapporte que le seuil de 3,9°C serait la température minimale pour la survie de la mouche des semis. À l’inverse, une température supérieure à 33°C ou un sol sec freinent l’éclosion des œufs et l’émergence des adultes. Voici les différents stades de vie de la mouche des semis :

L’œuf

La femelle dépose sa ponte dans un sol humide, à forte restitution en matières organiques ou directement sur les tiges de plantes hôtes (les substrats secs ou trop humides sont évités). Les œufs sont pondus individuellement ou en plusieurs masses d’une dizaine d’œufs. Ceux-ci éclosent en moyenne 2 jours après la ponte, sous des conditions favorables de température (entre 20 et 25°C) et jusqu’à 9 jours s’il fait frais ;

La larve

Juste après l’éclosion des œufs, les larves se dispersent jusqu’à atteindre une plante hôte. Elles pénètrent par les racines afin de s’alimenter des tissus internes de la culture et de grossir. C’est durant la période larvaire que la mouche des semis cause d’importants dégâts sur les végétaux. Leur développement s’étale sur une période de 1 à 4 semaines en fonction de la température ;

La pupe

Arrivée à maturité, la larve s’enfonce dans le sol et se transforme en pupe. Il lui faut entre 7 et 14 jours pour atteindre le stade adulte. Si l’hiver approche, elle s’enterre entre 7 et 13 cm de profondeur dans le sol et passe la mauvaise saison à l’état de pupe ;

Voir aussi  Évitez-vous ces 10 erreurs courantes avec votre premier cochon?

L’adulte

Les adultes de la première génération émergent au début du printemps, après avoir passé l’hiver au stade de pupe. À savoir que les mâles émergent avant les femelles. Ceux-ci se reproduisent ensuite pour commencer une nouvelle génération. Selon la température, entre 15 et 75 jours sont nécessaires pour accomplir un cycle de vie complet, de l’œuf à l’adulte, la moyenne se situant entre 16 et 21 jours.

Comment lutter biologiquement contre la mouche des semis ?

Aucun produit phytosanitaire n’est autorisé pour lutter contre la mouche des semis. Toutefois, des actions préventives suffisent généralement à éviter les dégâts commis par l’insecte ravageur. Un travail préalable du sol permet en effet de réduire de moitié les attaques. Ces mesures de prévention visent 2 objectifs : d’une part, rendre les cultures peu attractives pour le diptère et d’autre part, accélérer la germination des plantes. Voici quelques-unes des bonnes pratiques à adopter :

  • À l’automne, retournez la terre de manière à faire remonter les pupes à la surface et à les rendre plus vulnérables aux températures froides et aux prédateurs ;
  • Retirez les déchets des récoltes précédentes ;
  • Plusieurs semaines avant de semer, labourez le sol afin d’enfouir au maximum la matière organique résiduelle ;
  • Refermez le labour et ne le touchez plus jusqu’au semis ;
  • Évitez d’arroser le sol trop à l’avance (une surface sèche réduit les pontes) ;
  • Faites pré-tremper vos graines et stimulez la croissance des plantules avec des purins de plantes ou des extraits d’algues ;
  • Semez sur un sol suffisamment réchauffé (> 10°C) pour éviter les levées lentes qui sont susceptibles d’être attaquées ;
  • Semez entre 2 et 3 cm maximum de profondeur (ce qui contribue à accélérer la germination) ;
  • Utilisez un semoir pneumatique pour optimiser la répartition et la profondeur des graines. Appuyez bien sur le sol pour favoriser un bon contact entre la terre et la graine ;
  • Évitez d’utiliser du fumier frais ou des engrais organiques ;
  • Favorisez la venue de prédateurs de la mouche des semis en plantant certaines essences d’arbustes. Les oiseaux insectivores viendront plus volontiers s’ils trouvent des haies où nicher ainsi que des plantes mellifères qui attirent les insectes pollinisateurs (leurs ressources alimentaires). Les perchoirs et autres mangeoires inciteront aussi les volatiles à fréquenter votre jardin et à ne faire qu’une bouchée des mouches des semis et de leurs larves.

Les plus lus