AccueilConsoArnaquesVous ne croirez jamais ce qui est arrivé à Kevin pour la...

Vous ne croirez jamais ce qui est arrivé à Kevin pour la troisième fois! Victime d’une arnaque incroyable à la plaque d’immatriculation!

Victime répétée d’usurpation de plaque d’immatriculation : le calvaire de Kévin

Kévin, un habitant de Calonges en Lot-et-Garonne, a été victime à trois reprises d’usurpation de plaque d’immatriculation. Récemment, il a reçu une amende en provenance de Suisse alors que sa voiture est immobilisée en Lot-et-Garonne.

Kévin Florian se dit victime pour la troisième fois d’une usurpation de plaque d’immatriculation. Une arnaque qui sévit de plus en plus en France avec plus de 20 000 cas recensés en 2022. ©Le Républicain 47 – Mathieu Vich

Un problème récurrent pour Kévin

Initialement, Kévin a trouvé la situation amusante, mais elle est devenue inquiétante. En l’espace de 10 ans, il a reçu trois amendes alors que ses véhicules n’ont jamais quitté son domicile.

- Advertisement -

Le début de l’usurpation

Le problème a commencé il y a une décennie. Kévin raconte : « En 2010 ou 2011, j’avais un scooter. Mais une moto, qui avait la même plaque d’immatriculation que mon deux-roues, a été flashée en région parisienne. Je n’en revenais pas. »

Il a reçu une première amende qu’il a tenté de contester. « J’ai dû me battre pour prouver mon innocence. La gendarmerie n’a pas voulu prendre ma plainte à l’époque. » Il a constitué un premier dossier, en incluant une photo de son scooter pour prouver qu’il ne s’agissait pas du même véhicule.

Deuxième usurpation : une voiture immobilisée verbalisée

En 2018, le problème s’est reproduit. Kévin a reçu une nouvelle amende pour une infraction commise à Loos, dans le Nord. « Un agent a verbalisé un automobiliste à bord d’un véhicule ayant la même plaque que la mienne, pour non-port de la ceinture de sécurité. Je ne suis jamais allé à Loos, je ne sais même pas où c’est. De plus, je n’ai jamais roulé avec ma Clio. Je l’ai achetée accidentée et n’ai jamais eu la possibilité de la réparer. »

Voir aussi  Ce faux pilote de Toulouse prétendait être un expert en cryptomonnaie pour tromper ses victimes - Découvrez comment !

Troisième usurpation : une amende en provenance de Suisse

Le dernier épisode en date concerne sa Golf : Kévin a reçu un procès-verbal venu de Suisse le 17 novembre dernier. Il lui est reproché d’avoir été flashé à la vitesse de 62 km/h au lieu de 50 km/h sur la route de Saint-Julien à Genève. Montant à payer : 180 CHF (franc suisse).

Que faire en cas d’usurpation de plaque d’immatriculation ?

Face à ce phénomène qui semble se démocratiser en France, le commandant de la compagnie de gendarmerie de Marmande, Simon Wolff, donne quelques conseils :

  • Assurez-vous que vous n’avez pas prêté votre véhicule ce jour-là ;
  • Portez plainte rapidement ;
  • Joignez à la contestation du PV la plainte ainsi que le justificatif. Cela peut être une attestation sur l’honneur ou encore de l’employeur ;
  • Si vous changez de plaque d’immatriculation, pensez à bien détruire l’ancienne plaque comme l’on pourrait détruire une ancienne carte bleue.

Le site officiel de l’administration, service-public.fr, donne également quelques conseils : « Si vous contestez l’amende, vous ne devez pas la payer. Si vous la payez, cela revient à reconnaître que vous avez commis l’infraction. Vous devez contester l’amende dans les 45 jours qui suivent la réception de l’avis de contravention (30 jours lorsqu’il s’agit d’une amende forfaitaire majorée) ».

Les plus lus