AccueilAnimauxQuelles sont les 9 maladies les plus fréquentes chez les tortues de...

Quelles sont les 9 maladies les plus fréquentes chez les tortues de terre ?

9 maladies courantes des tortues de terre
Crédit : Le Mag des Animaux

Les tortues terrestres sont des créatures charmantes et pacifiques. Cependant, leur communication diffère grandement de la nôtre, ce qui rend difficile de déterminer si leurs besoins sont satisfaits. Lorsque ce n’est pas le cas, elles peuvent tomber malades et être difficiles à soigner. Cet article énumère 9 maladies courantes chez les tortues terrestres et explique comment répondre à leurs besoins pour prévenir ces maladies.

Maladies courantes chez les tortues terrestres

Une tortue terrestre peut souffrir d’ostéodystrophie fibreuse (ODF), une affection due à un manque de calcium, de phosphore et de vitamine D3. Les symptômes incluent un ramollissement de la carapace ou des mâchoires, une croissance ralentie ou des déformations osseuses. Cette maladie est souvent causée par un manque d’exposition aux UVB, une alimentation pauvre en calcium ou une suralimentation en protéines.

- Advertisement -

Les tortues terrestres sont moins sensibles à une carence en vitamine A que les tortues aquatiques. Cependant, elles peuvent toujours souffrir d’une hypovitaminose A, qui se manifeste par des problèmes cutanés, oculaires, gingivaux, hépatiques, rénaux et même respiratoires. Cette carence peut prédisposer la tortue à la rhinite infectieuse.

La rhinite est une maladie courante chez les tortues terrestres, car elles ne sont pas habituées à notre climat. Les symptômes de la rhinite incluent un nez rempli de mucus, des éternuements et des signes de faiblesse respiratoire. Si elle n’est pas traitée à temps, la rhinite peut évoluer en pneumonie, ce qui peut être très dangereux pour la santé de la tortue.

Une infection bactérienne, généralement à la suite d’une blessure, peut entraîner la formation d’abcès.

Une tortue peut également souffrir de dermatophytose, une infection fongique de la peau causée par des champignons comme Trichophyton ou Microsporum. Elle peut provoquer des plaques squameuses ou des zones décolorées sur la peau.

Des parasites, comme les nématodes, peuvent coloniser le système digestif des tortues terrestres. Si c’est le cas, la tortue peut perdre du poids, souffrir de diarrhée ou produire des selles anormales.

Les tortues peuvent être attaquées par les tiques qui s’attachent à la peau dans des zones où elle est plus tendre : le cou, les pattes ou les jointures de cuisses. Elles peuvent transmettre des maladies parasitaires et des infections. Si elles sont trop nombreuses, elles peuvent également causer une anémie à la tortue, qui se montrera alors fatiguée et sans appétit.

Voir aussi  Scarabée sacré vs Bousier: Que Cache leur Distinction?

Les aoûtats, larves de Trombicula, de couleur rouge orange et visibles à l’œil nu (0,5 mm) se fixent dans les plis de peau. Ils se nourrissent de lymphe et de cellules épidermiques digérées par leur salive. Ils provoquent des démangeaisons, entraînant des lésions cutanées plus ou moins importantes selon l’intensité du grattage.

Une tortue terrestre peut également souffrir de myiase cutanée, infestation cutanée due aux larves de certaines espèces de mouches, pondues dans une plaie cutanée. Après éclosion, les larves migrent dans les tissus sous-cutanés, et sont à l’origine de fistules en profondeur. Les myiases se présentent donc sous la forme de plaies suintantes, colonisées par des petits vers blancs, souvent à la jonction peau – carapace.

Prévenir plutôt que guérir vos tortues de terre

Ces maladies soulignent l’importance d’une surveillance régulière et de soins appropriés pour garantir le bien-être des tortues terrestres en captivité. La prévention est le meilleur réflexe à adopter.

Une observation quotidienne des tortues, de leur comportement, de leur alimentation et de leurs déjections permet de détecter rapidement tout signe anormal.

Certains vétérinaires recommandent des traitements préventifs pour protéger contre les parasites internes et externes.

Toute nouvelle tortue devrait être mise en quarantaine pendant plusieurs semaines pour éviter la propagation de maladies ou de parasites aux autres individus.

Il est important de noter que la captivité peut affaiblir les tortues terrestres.

Fragilités des tortues de terre en captivité

Lorsque les tortues de terre sont maintenues en captivité, elles sont éloignées de leur environnement naturel, ce qui les rend vulnérables à un certain nombre de problèmes de santé.

Les facteurs stressants typiques de la captivité peuvent compromettre leur système immunitaire, les rendant plus susceptibles aux maladies. Les tortues étant des animaux ectothermes, c’est-à-dire qu’ils dépendent de la température extérieure, elles sont sensibles aux variations inappropriées de température et d’humidité.

L’habitat créé pour les accueillir doit être le plus proche possible de leur environnement naturel : c’est essentiel pour leur bien-être psychologique et physique. Un abri ou une cachette constituant un lieu de repos en toute sécurité, réduit le stress. Pour les tortues qui hibernent pendant les mois froids, il est crucial de leur fournir un environnement adéquat pour cette période. Un habitat trop petit peut limiter la mobilité de la tortue et également induire du stress, sans compter le bruit excessif ou les manipulations fréquentes. La cohabitation avec d’autres tortues ou animaux peut provoquer des conflits.

Voir aussi  Quel est le gigantesque animal marin pouvant atteurer 7 mètres de large?

Il faut aussi comprendre qu’en captivité, les tortues peuvent être exposées à des agents pathogènes qu’elles ne rencontreraient pas nécessairement dans la nature :

  • Un habitat mal nettoyé est un terrain propice à la prolifération de bactéries, de champignons et de parasites,
  • Les maladies peuvent se propager rapidement dans un espace confiné,
  • Les points d’eau non filtrés ou non nettoyés peuvent devenir des foyers d’infections.

Besoins alimentaires des tortues de terre

L’alimentation des tortues doit être soignée, car un métabolisme bien alimenté sera plus en mesure de faire face aux maladies. Malheureusement, les tortues reçoivent souvent un régime déséquilibré, qui peut entraîner des carences en vitamines et minéraux, notamment le calcium et la vitamine D3 indispensables.

Dans la nature, les tortues se nourrissent de tiges, feuilles, fleurs, bourgeons, fruits et fragments d’écorce d’arbre. Cela souligne l’importance de la variété dans leur alimentation. Les pissenlits et le trèfle, les patates douces, les carottes, les courges, les salades, les épinards sont riches en vitamine A. Les fleurs d’hibiscus sont riches en calcium, en fer et en vitamine C. La rose contient une grande quantité de protéines. Les pétales sont aussi riches en sels minéraux, vitamines C, en saccharine, de l’acide tannique et en antioxydants. Il n’existe pas de rose toxique. Ces exemples montrent qu’il est important de choisir des aliments sans pesticides. Les fruits doivent être donnés avec parcimonie, car ils peuvent déséquilibrer le système digestif de la tortue et favoriser les infections. Il est également important de maintenir un ratio calcium / phosphore compris entre 2 à 4 pour 1.

La santé des tortues de terre en captivité dépend d’un environnement et d’une alimentation les plus proches possibles de ce qu’elles pourraient trouver en liberté. Des soins attentifs éviteront la plupart des maladies. La collaboration étroite avec un vétérinaire spécialisé garantit la qualité de vos actions.

Les plus lus